Le 1er questeur de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) Béffon Cissé est écroué depuis quelques semaines à la Maison d’arrêt de Bamako pour “atteinte aux biens publics, faux et usage de faux”. Il lui est reproché d’avoir retiré quatre chèques de 10 306 000 Fcfa sous sa signature. Et depuis quelques jours, il a versé la même somme à la recette générale du district de Bamako afin de bénéficier la liberté provisoire. Le dossier est sur la table du 5ème Cabinet du Pôle économique et financier du tribunal de la Commune III. 

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire de malversations financières à la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Le 1er questeur Béffon Cissé dort depuis semaines à la Maison d’arrêt de Bamako pour avoir été placé sous mandat de dépôt par le Procureur du Pôle économique et financier du Tribunal de la Commune III. Il est accusé d’avoir soutiré un montant de 10 millions Fcfa dans le compte de la Céni au niveau d’une banque de la place, sans que le président, Amadou Bah, ne soit au courant. Il s’agit de quatre chèques.

Aujourd’hui, le souhait le plus ardent de Béffon Cissé, c’est de bénéficier de la liberté provisoire. Pour ce faire, il a versé à la recette générale, selon une source proche de la Céni, le montant représentant le cumul des quatre chèques incriminés, soit 10 306 000 Fcfa. Malgré tout, le juge d’instruction du 5ème Cabinet du Pôle économique et financier n’a pas donné un avis favorable pour le moment. C’est dire que Béffon Cissé devrait encore attendre.

Il est nécessaire de rappeler la Commission électorale nationale indépendante (Céni) était confrontée à des cas de suspicions de “malversations financières” portant sur plusieurs millions de nos francs. Ce qui a suscité un climat délétère au sein de la structure. Du coup, le président Amadou Bah (ordonnateur des dépenses) et son 1er Questeur, Béffon Cissé, étaient devenus comme “chat et chien”. Les deux personnes s’accusant mutuellement.

Et face à cette situation, le président de la Céni, dans une correspondance en date du 7 juillet 2020, demande au directeur général de la Bdm-sa d’invalider avec effet immédiat la signature de Beffon Cissé, 1er Questeur, de valider la signature de Moriba Diallo, 2ème Questeur. Il a ensuite invité la Banque à annuler tous les chèques et chéquiers antérieurement émis et non utilisés et de délivrer en urgence un nouveau chéquier pour assurer le fonctionnement régulier de la Céni.

Pour le président de la Céni, dans sa lettre, il s’agissait de prendre de nouvelles dispositions pour la gestion du compte de la Céni à la Bdm-sa pour des raisons de suspicions de malversations.

Auparavant, le président de la Céni avait demandé à la Bdm-sa la situation financière de son compte N° 26701364165-34 dans une correspondance en date du 22 juin 2020.

“J’ai l’honneur de vous notifier que le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) Amadou Ba et le 1er Questeur Docteur Beffon Cissé demeurent et restent en l’état les seuls signataires des chèques bancaires sur le compte  N° 26701364165-34 ouvert dans vos livres au nom de la Céni.

Par la même occasion, je vous demande de me faire parvenir sous pli confidentiel le relevé du compte pour la période du 1er janvier au 22 juin 2020. Le relevé devrait comporter le numéro des chèques, la date d’émission, l’identité des bénéficiaires.

Toute demande de relevé de compte devrait désormais être formulée par écrit sous la signature ou le visa du président de la Céni” précisait Amadou Ba.

En fait, les malversations financières soupçonnées se seraient passées quand le président Amadou Ba était hospitalisé au Point-G pour des soins de santé.

Il est nécessaire de rappeler que le 1er vice-président, Dajié Sogoba, et le 2ème questeur, Moriba Diallo, avaient été désignés comme signataires supplémentaires des chèques de la Céni, à l’issue d’une Assemblée plénière extraordinaire tenue le jeudi 14 mai 2020. Cette rencontre s’est déroulée en l’absence du président de la Céni, peut-être pour des raisons de santé.  Et la plénière a décidé, en conséquence, que le président de la Céni peut signer avec l’un quelconque des questeurs, notamment le 1er vice-président peut le faire aussi avec le 1er questeur.     

  El Hadj A.B. HAIDARA/Aujourd’hui Mali

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.