La décision prise par Bandiougou Danté, président de la Maison de la presse, de proposer « unilatéralement » deux noms pour le siège de la presse au Conseil national de la transition (CNT) a fait grincer les dents. Dans un communiqué, l’Association malienne des éditeurs de presse privée (ASSEP) dénonce une « démarche bancale ».

« Une démarche bancale », a accusé l’ASSEP dans le communiqué signé par son président, Ousmane Dao. A ses dires, le président de la Maison de la presse a proposé deux candidats au poste du représentant des faîtières de la presse au CNT « sans consulter les organisations de presse du pays ».

Pour l’association des éditeurs de presse privée, cette « décision unilatérale » de Bandiougou Danté sort de ses prérogatives. Il devait, selon elle, impérativement convoquer une rencontre avec les faîtières de la presse pour proposer une liste à l’unanimité. Car, « la mission de la Maison de la presse n’est pas de se substituer aux faîtières de la presse », a expliqué l’ASSEP, dans son communiqué.

Les deux noms proposés par le président de la Maison de la presse sont : Modibo Fofana, président de la presse en ligne au Mali et Aminata Traoré, de l’audiovisuel. Dans son communiqué, l’ASSEP décide « de ne pas reconnaître ce choix unilatéral et non-inclusif du Président de la maison de la maison ».

Une copie du communiqué de presse de l’Association de presse privée du Mali

Sur les réseaux sociaux, l’acte de Bandiougou Danté est qualifié de ‘’déraisonnable’’, de ‘’dictatorial’’. Ces mécontentements annuleront-ils la proposition faite par Bandiougou Danté au Président de la transition ? Nous y reviendrons !

Mordecaï Boli/Malinews TV

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.