Le CNSP vient de tenir ce mercredi une conférence de presse à Kati. Elle revèle les discussions au sommet d’Accra de la CEDEAO. Djeliba24 a rassemblé les propos du porte-parole, Le colonel Ismaeil Wagué.

«Il n’y a pas eu d’accord sur la transition à Accra. Ce n’etait pas notre mission. Nous étions partis pour partager avec eux les résultats des concertations mais non pour aller signer un accord”

Col-major Ismael Wague

 

“Les Chefs d’Etats de la CEDEAO nous ont dit être en mesure d’imposer un embargo total pour nous asphyxier rapidement. Nous avons répondu avoir compris mais que quel que soit ce qu’ils nous demandent nous ne pouvons décider sur place”

Colonel-Major Ismael Wague

“Pour les sanctions, ils nous ont donné une semaine pour adhérer à leurs exigences avant de les lever”

 

Nous avons dit à la CEDEAO que nous ne pouvions décider sur place et que nous allons revenir et discuter conformément à ce qui il y a dans la charte”

«Nous avons dit clairement à la CEDEAO que nous sommes au service du peuple. Dans la mesure où la majorité a parlé d’une transition militaire, nous avons suggéré qu’on puisse aller dans ce sens. La CEDEAO a refusé»

Col-major Ismaël Wague.

 

Conférence de presse du CNSP.

“Nous étions partis à Accra avec deux objectifs: Partager avec les chefs d’Etats de la CEDEAO les conclusions des concertations nationales et voir avec eux la levée des sanctions sur le Mali”

Col-major Ismael Wague

 

“C’est le collège dont la mise en place a démarré aujourd’hui, qui sera chargé de mettre en place le Président de la transition, le Premier Ministre et tous les organismes de la dite transition”, Colonel-Major Ismaël Wagué.

 

“Nous avons dès aujourd’hui, commencé la mise en place d’un collège pour mettre en place rapidement une transition. Quoi qu’on dise, l’Etat est entrain de fonctionner à travers les Secrétaires généraux des ministères”, Colonel-Major Ismaël Wagué du @CNSP20.

 

La CEDEAO exige que le Président et le Premier Ministre de la transition soient des civiles et cela est non négociable. Et ils nous ont demandé donner notre accord sur ce principe afin qu’ils fassent un communiqué sur le champ. Nous leur avons dit que cela est impossible car nous sommes uniquement là pour leur présenter les conclusions des concertations nationales et non signer un quelconque accord. Nous devons donc revenir en discuter à Bamako avant de donner une réponse définitive”, Colonel-Major Ismaël Wagué.

À la question de savoir pourquoi il y avait un nombre “anormalement élevé” de forces de sécurité devant les locaux de l’ORTM, le porte-parole du CNSP le Colonel-Major Ismaël Wagué répond :” Il y a juste une volonté de sécurisation du pays. Il n’y a aucune arrière pensée. Cela est valable pour toutes les institutions du Mali et je suis ravie que vous l’ayez remarqué car cela prouve que nous existons”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.