Malian imam and former head of the High Islamic Council of Mali (HCIM), Mahmoud Dicko (C) gives a speech during the official launch of his movement, the 'Coordination of movements, associations and sympathizers' (CMAS) on September 7, 2019 in Bamako. (Photo by MICHELE CATTANI / AFP)

Depuis Dakar, au Sénégal où il a séjourné, l’Imam Mahmoud Dicko a appelé tous les peuples d’Afrique et à la communauté internationale à continuer à assister le Mali qui traverse une situation qu’il juge « très critique.

Imam Mahmoud Dicko du Mali a fait face à la presse nationale, vendredi dernier, au terme du séminaire régional sur la contribution des légitimités religieuses dans la prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme. Il était invité à prendre part à cette rencontre organisée par le bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, a rapporté le site laviesenegalaise.com

En visite à Dakar dans le cadre d’un Séminaire régional sur la « contribution des légitimités religieuses et traditionnelles à la consolidation de la paix, la prévention et la résolution des conflits en Afrique de l’Ouest et du Sahel », l’Imam Mahmoud Dicko, ancienne « autorité morale » du M5-Rfp, a lancé un appel à tous les peuples d’Afrique et à la communauté internationale à continuer à assister le Mali qui traverse une situation qu’il juge « très critique ».

Lire aussi » Mali : l’Imam DICKO en voyage en Arabie Saoudite

Aux dires du site, l’imam dira que « Le Mali, c’est une grande nation qui a eu à construire de grands empires, de grands royaumes, qui a beaucoup contribué dans la civilisation universelle, mais aujourd’hui, parce l’histoire on fait face à une certaine situation qu’on ne peut pas nier. Ça arrive dans la vie des peuples et nous sommes en train de faire face avec beaucoup de dignité », a lancé au cours d’un point de presse l’ancien président du Haut conseil islamique du Mali.

« Nous sommes aujourd’hui la digue, si le Mali cède, tous les autres pays vont céder. C’est pour cela, ce n’est pas facile au premier plan d’un combat », a-t-il notamment lancé dans un message, a écrit notre confrère du Sénégal.

L’Imam Mahmoud Dicko reconnaît que « l’apport des autres, leur aide et leur accompagnement, n’ont pas fait défaut, mais nous souhaitons encore que le Mali soit compris, assisté et aidé. C’est une expérience qui n’est pas facile ».

Toutefois, il est convaincu que « malgré les nombreux défis, le peuple malien a suffisamment de ressources et nous allons, par la volonté de Dieu, arriver à ce changement tant attendu par le peuple malien. Il peut être qui va amorcer l’envol de ce pays et même ceux de l’Afrique ». S.G.

Mamadou Sidibé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.