La crise politique soldée par le coup de force qui vient de remporter le président IBK avait connu son épilogue. De la demande de démission du Président IBK, exigée par les contestataires ( M5 RFP et une partie même de ce qu’ils appelaient majorité), à la demande de Premier Ministre de pleins pouvoir puis de l’acceptation d’un premier Ministre consensuel, beaucoup de concession avaient été faites pour permettre une sortie honorable pour l’ancien Président de la République. Mais Boubou Cissé a constitué le gros blocage.

Quant à la demande de la CEDEAO, les députés contestés avec à leur tête Moussa TIMBINE, refusaient de démissionner. Cela a mis l’ancien président de la République en difficulté car même son supposé fils, propulsé à cette hauteur inexplicable, refusait de céder, lui qui lui devait cette promotion inespérée. La démission de son faiseur de roi, son ami Karim Keita, le fils de l’ancien Président, de la prestigieuse présidence de la commission défense devait être un déclic pour TIMBINE et sa bande. Mais cela n’a rien changé à leur détermination de s’accrocher aux délices auxquels ils venaient tous de goûter. On pouvait pourtant tolérer un peu cette infidélité car ils se disent élus à la base comme argument même si c’était mal élu.

Mais là où la surprise est venue, c’est le refus de BOUBOU CISSÉ de démissionner pour décanter la situation d’agonie de la République.

En effet, le Général Moussa Diawara, premier conseiller stratégique du Président IBK, avait demandé à Boubou Cissé de démissionner pour mettre le vieux à l’aise car tel qu’il connaissait IBK et sa fidélité dans ses relations, le déclic ne pouvait venir que de l’ancien PM. Boubou Cissé avait promis de démissionner mais 3 fois, il ne s’exécutait pas jusqu’à la dernière sortie du M5 au Boulevard de nouveau. Mieux Boubou Cissé avait depuis cette demande répétée, commencé à combattre Moussa Diawara. C’est son fort, ceux qui le conseillent véridiquement sont considérés par lui comme ses ennemis.

Cela avait conduit à l’impasse car même le parti présidentiel voulait le départ de Boubou Cissé et l’a publié dans un mémorandum. Mais rien n’est fait, Boubou Cissé c’était accroché et avait misé gros dans la communication et les combines pour masquer ce déluge. Des pages Facebook avec des noms fictifs étaient créés et utilisées pour la cause pendant que le pays plongeait par le manque de gouvernement et de solutions de sorties. Le chaos devenait la normale tant que lui, Boubou restait à la primature, tout le reste était secondaire.

Voilà que ce tohu-bohu, un groupe de militaires intervient dans la matinée du 18 août 2020. BOUBOU Cissé est informé par ses services de sécurité que l’aéroport est bouclé, le commandement renversé ainsi que des ministres de son gouvernement. Tellement accrocheur, il se fend d’un communiqué appelant la junte au dialogue. Mais peine perdue. Il se résigne à aller se mettre à l’abri dans le bunker chez le IBK car sachant que sa sécurité peut être garantie seulement à cet endroit. La suite on la connait.

En clair, Boubou Cissé a été le vrai problème du défunt régime car après avoir cristallisé la tension avec les syndicats, il a creusé un grand fossé entre le président et se soutiens politiques, ainsi que le peuple par son incapacité à conduire sainement les affaires publiques. L’histoire retiendra que, tellement carrent, il est le premier Ministre qui en plus d’un an de gouvernance à la primature, n’a pas pu présenter une DPG devant la représentation nationale. C’est malheureux.

Seydou Oumar Traoré, journaliste analyste.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.