Malgré la semblable  union affichée par les six groupes parlementaires  de l’Assemblée nationale autour des Institutions de la République, un malaise subsiste. En plénièrehier jeudi, au CICB  la question de la  dissolution de cette  deuxième institution du Mali a suscité la colère de certains élus nationaux dont l’honorable Moussa Timbiné.

maliweb.net– .« Si vous voulez la dissolution, allons vers la dissolution de l’Assemblée nationale, et vous allez voir que d’autres vont revenir et certains ne reviendront pas. Il n’y a pas de dignes représentants du peuple  que d’autres dans cette Assemblée », a déclaré le président de l’hémicycle  vivement.  Cela, suite aux  interventions de deux députés de l’opposition, Hassane Sidibé (Yelema) et Bakary Coulibaly (URD), qui ont proposé que pour une sortie de crise à l’Assemblée nationale.  Ce, disent–t-ils, à cause de l’élection de certains députés qui sont  à l’origine de vives contestations du Mouvement du 5 juin.

Ces propos ont suffi pour susciter la colère des députés qui craignent une éventuelle organisation des élections législatives partielles dans leur circonscription. Parmi  eux, le président de l’Institution même, l’Honorable Moussa Timbiné, dont  l’élection fait l’objet de toutes les contestations en commune V. Ce dernier, sans parvenir  à  maîtriser ses griefs,  a lancé des paroles crues.  « Faites attention, sinon vous allez ouvrir la boîte de pandore. Si on organise des législatives partielles dans les circonscriptions dites de vives tensions où les scrutins sont contestés, vous allez voir que les autres vont se lever pour demander des nouvelles élections. Sinon on peut aller à la dissolution une bonne fois  et tout le monde aura la solution », a ajouté le député de la commune V, qui a bénéficié les applaudissements des députés contre la dissolution de l’Assemblée nationale.

Dans la foulée des débats, le groupe parlementaire ‘’Benso’’ a rappelé que sur les 147 députés de l’hémicycle, ceux ayant été proclamés élus sans irrégularités constituent plus de 80% des députés de cette 6e Législature.  Pour ce faire, ce groupe estime que la dissolution de l’Assemblée Nationale n’est pas une solution. « Elle contribuerait, au contraire, à une généralisation de la crise », a indiqué le président dudit groupe, Aliou Boubacar Diallo.

« La démission de Madame le Président de la Cour Constitutionnelle »

Dans la même veine, ce groupe demande la création d’une commission des sages chargée de discuter avec nos collègues et les candidats malheureux des circonscriptions faisant l’objet de vives contestations. A l’en croire, cette commission va envisager des solutions de décrispation pouvant aller, si nécessaire, jusqu’à la reprise du scrutin dans les circonscriptions concernées. Toujours dans le cadre de sortie de crise, le groupe Benso demande «  la démission de Madame le Président de la Cour Constitutionnelle »

Hier, lors de l’adoption de la résolution de soutien au Président de la République et les Institutions de la République,  un véritable climat tendu  s’est manifesté  au sein des députés.  Que ce soit  ceux de la majorité présidentielle  ou de l’opposition,  les députés ont murmuré dans les coulisses que Moussa Timbiné a mal parlé et soutiennent que ça  ne va pas. Malgré tout, les députés semblent en majorité contre la dissolution de l’Assemblée nationale, mais plutôt à l’organisation des élections législatives partielles dans les circonscriptions, où les irrégularités ont été décelées.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.