Mali : les FAMa progressent vers Kidal, les combats s’annoncent violents

Les forces armées maliennes (FAMa) progressent vers la ville de Kidal, dans le nord du pays, dans le but d’occuper le camp qui sera rendu par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).

0

Cette opération ne se déroulera pas sans difficultés. Comme à Anéfis, les combats promettent d’être violents entre les indépendantistes regroupés sous la bannière du CSP et leurs alliés des groupes terroristes.

De nombreux concitoyens craignent que nos soldats stationnés à Kidal, dans le cadre des Forces armées reconstituées, ne soient pris pour cible par la coalition des ennemis de la paix.

Hier, la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa) a mis fin à ces rumeurs. Dans son communiqué, le service de communication de l’Armée a rappelé que le Bataillon des Forces armées reconstituées (BATFAR), composé des FAMa, des combattants de la Plateforme et de la CMA, était basé dans le camp I de Kidal, sous protection de la Minusma.

« La composante FAMa et la Plateforme de ce bataillon, a précisé la Dirpa, ont quitté ce mardi le camp I de Kidal pour rejoindre celui de la Minusma ».

Cela signifie que nos soldats et les éléments de la Plateforme sont maintenant directement sous la protection des Casques bleus des Nations unies.

Hier, des informations circulaient également sur un éventuel transfert du contingent par avion de la Minusma à Gao.

Avant-hier, la Minusma avait également démenti les informations selon lesquelles le contingent guinéen quitterait Kidal, précisant que son départ aurait lieu comme prévu, conformément au plan de retrait.

La Mission onusienne a également démenti son retrait des camps d’Aguelhoc et de Tessalit.

Le 10 février 2020, les premières unités de l’armée reconstituée avaient quitté Gao pour se rendre à Kidal. Elles ont mis trois jours pour arriver à Kidal avant de s’installer dans le camp I de la ville.

Conformément aux dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, les unités de l’armée reconstituée devaient mener des patrouilles dans le but de sécuriser la libre circulation des personnes et des biens dans leurs zones d’intervention.

Cependant, le Bataillon des Forces armées reconstituées de Kidal n’a jamais été déployé sur le terrain. Seuls les éléments de la CMA opéraient à Kidal et dans ses environs, en violation de l’Accord.

Source : Maliactu.net

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.