Bamako s’est réveillée ce 19 août sans président, mais avec de nouveaux hommes forts. Tard dans la nuit, Ibrahim Boubacar Keïta a présenté sa démission au terme d’une journée de tensions. Arrêté dans l’après-midi avec son Premier ministre, Boubou Cissé, dans sa résidence à Sébénikoro, le désormais ex-président a été conduit au camp militaire de Kati, où il se trouvait toujours ce mercredi.
Le Comité national du salut du peuple (CNSP), lors d’une allocution télévisée, le 19 août 2020. De gauche à droite : Modibo Koné, Assimi Goïta, Ismaël Wagué, Malick Diaw, Sadio Camara.
Il existe cependant de nombreuses différences entre les hommes qui ont mené le coup d’État de 2012 et ceux qui sont derrière celui qui vient de se produire. Car si, à l’époque, c’était des sous-officiers qui étaient à la manœuvre, cette fois, ce sont des militaires plus haut gradés.
Visiblement très organisés, ils sont apparus sur les écrans de l’ORTM avec un texte minutieusement préparé, au contenu clair. Les Maliens ont alors découvert le visage des nouveaux « hommes forts » de la junte qui venait de pousser IBK à la démission.
Aux côtés du colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le lieutenant-colonel Assimi Goïta – qui se présente désormais comme « le président du CNSP » – , et les colonels Sadio Camara, Modibo Koné et Malick Diaw.
Le colonel Malick Diaw, lors de la première apparition télévisée des putschistes, le 19 août 2020 sur l’ORTM.
Ce n’est pas un hasard si c’est Ismaël Wagué qui a été désigné comme porte-parole de la junte. Chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air, il bénéficie d’une solide réputation, aussi bien au sein de l’armée qu’auprès d’une partie de l’opinion publique. « C’est un homme discret et patriote », dit de lui un analyste des questions sécuritaires. Pilote de chasse, Ismaël Wagué a miraculeusement survécu à un accident survenu dans le nord du Mali, en 2012, alors qu’il était aux commandes de son MIG-21.
Si les membres du CNSP sont issus de différents corps de l’armée, Malick Diaw, Sadio Camara et Modibo Koné viennent tous de la même promotion à l’École militaire interarmes (EMIA) de Koulikoro.
Sadio Camara était, pour sa part, directeur général du Prytanée militaire de Kati, avant son départ début juin pour la Russie où il devait suivre une formation. Il était de retour au Mali pour un congé de quelques semaines.
Malick Diaw est chef-adjoint du camp de Kati. Il a également été chef d’état-major adjoint de la Garde nationale de la 3ème Région militaire de Kati.
Le colonel Modibo Koné a, quant à lui, été commandant à Koro, dans la région de Mopti (Centre).
Le général Dembélé, homme clé du dispositif ?
Reste le cas du général Cheikh Fanta Mady Dembélé. Officiellement, il n’appartient pas au CNSP. Il n’a pas non plus pris la parole face aux caméras de l’ORTM, mardi soir. Mais plusieurs de nos sources sécuritaires et diplomatiques le présentent comme un homme clé du dispositif – si cela était avéré, il en serait alors le plus gradé. Contacté par Jeune Afrique, le général dément cependant faire partie des putschistes. « J’ai vu, comme vous, une déclaration à la télévision, avec cinq personnes. Pour l’instant, aucune figure ne se dégage », nous a-t-il déclaré.
Diplômé de l’école militaire de Saint-Cyr en France, titulaire d’une maîtrise en génie civil, il est diplômé de l’Université de l’armée fédérale allemande, à Munich, et de l’École d’état-major général de Koulikoro. Il a par ailleurs dirigé l’École de maintien de la paix Alioune-Blondin-Beye de Bamako de 2018 à 2019. Le général Dembélé connaît bien les arcanes de l’Union africaine, où il a été en charge de la gestion des conflits et de la planification stratégique, au sein de la Commission de paix et de sécurité. Il a également été membre du cabinet de Soumeylou Boubèye Maïga lorsque celui-ci était ministre de la Défense (2013-214). Il était notamment en charge des contrats d’équipements militaires.
Il connaît également très bien Sy Kadiatou Sow, l’une des figures du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques du Mali (M5-RFP), dont il a récemment épousé la fille.
Source Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.