L’Association malienne de lutte contre la corruption et la délinquance financière (Amlcdf) a adressé une correspondance au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune III du district de Bamako, chargé du Pôle économique et financier de la Cour d’appel de Bamako pour l’ouverture d’une enquête suite à des soupçons de corruption au sommet de l’Etat malien.

A en croire l’Association malienne de lutte contre la corruption et la délinquance financière (Amlcdf), elle sollicite la diligence d’une enquête sur des soupçons de corruption touchant le Premier ministre, le ministre de l’Administration territoriale, celui des finances et la Présidence de la République du Mali.

En effet, rappelle-t-elle, dans sa parution du 29 mai 2020, le journal “Info-Matin”, a publié un article relatif à la passation d’un marché de gré à gré de plus de 2,3 milliards Fcfa entre le ministre des Finances et l’opérateur économique Mamadou Sinsy Coulibaly, époux d’une cousine du Premier ministre, Dr Boubou Cissé, pour la fourniture des bulletins de vote et les spécimens des dernières élections législatives du 29 mars 2020 et 19 avril 2020.

Encore plus scandaleux, selon l’Association, ce marché a reçu l’adoubement a postériori du Président de la République et du gouvernement lors du conseil des ministres du 13 mai 2020. “Voilà ce qu’en dit le journal : Le marché est conclu entre le gouvernement de la République du Mali et la société Imprim Color responsable du principal pourfendeur du régime, le président du Conseil national du patronat malien, Mamadou S Coulibaly pour un montant TTC de 2 milliards 364 millions 783 mille 708 francs CFA et un délai de livraison de 05 jours.  Quelle prouesse ?  On n’est pas Patron des Patrons pour rien !  Au moins le Mali peut se targuer d’avoir un opérateur économique qui peut produire tous les bulletins de ces législatives (première tournée et deuxième tournée) en cinq jours. En tout cas, c’est ce que dit le communiqué du conseil des ministres.  Dans les secteurs du business, on raconte que le deal a été convenu entre l’opérateur économique, Coulou de Klédu, Bill, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et Boubou Cissé, le ministre des Finances depuis le 2 mars via leurs représentants respectifs.  Imprim Color a exécuté le marché avec l’aval et la bénédiction du gouvernement, en toute discrétion … Et dire que c’est facile de crier à la corruption quand on est un adepte des ententes mafieuses, pardon, directes ; ni vu ni connu … Mais bien sûr on vous dira que c’est légal et que c’est prévu par l’article 58 du décret N° 2015-0604 / P-RM du 25 septembre 2015 portant Code des marchés publics et des délégations de services publics”, a rappelé la correspondance.

Selon l’Association, pour rendre ces pratiques digestes, les règles avaient été opportunément modifiées. Et ces modifications saupoudrent d’une apparence légaliste des pratiques mafieuses.  “Monsieur le Procureur, les Maliens sont fatigués de cette répétition de cas de délits financiers de la part des plus hautes autorités de l’État faisant de notre pays la risée du monde.  Un pays écartelé entre des puissances occultes, des groupuscules terroristes, mafieux, avec des dirigeants plus préoccupés par le pillage systématique et organisé des ressources que par le patriotisme“, mentionne la correspondance.

 Boubacar PAÏTAO/Aujourd’hui-Mali

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.