Notre fille s’en allée

Je me souviendrai à vie de ce regard que tu m’a lancé ce dimanche 21 juillet dans la réanimation de l’hôpital du point G comme pour me demander de faire quelque chose pour toi.

Ma fille, en ce moment précis je savais que ton bébé de 2 jours venait de rendre l’âme à la pédiatrie de Gabriel TOURE et que tes chances de survie était minces car au point G la Réanimation avait quelques soucis et chez nous à Gabriel TOURE il n’y avait plus de place.

Je dois en bon musulman dire que c’est la faute à Dieu puisque c’est ce que tout le monde dit en de pareilles circonstances. Cependant, je me dis qu’ailleurs, dans les pays où les autorités ont souci de leur population, tu serais encore vivante de même que ton bébé.

Basira, tu étais si gentille, si polie, si respectueuse, si jeune (18 ans) . Je sais que ton heure n’était pas arrivée (pensez ce que vous voulez). Comment peux-tu te marier le 07 septembre tout près, nous donner de beaux sourires, nous promettre de beaux petits enfants et t’en aller de la sorte sans avertissement ?

Pour toi, nous prierons. La vielle pour toi nous nous battrons pour un meilleur plateau technique et du personnel hautement qualifié dans nos hôpitaux. Je t’en fais la promesse.

Sira Kanté Allah ka hinè ila. Amen !

Djimé kanté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.