La désobéissance civile se poursuit, ce mardi matin, dans la ville de Bamako. En petits groupes, les jeunes passent de service en service pour demander aux travailleurs de rentrer à la maison.

A 10h45, ce mardi 04 août, un groupe de jeunes manifestants a libéré, au cri de: «le pouvoir de Kaya Makan est terminé», les travailleurs du Centre de la Commune IV de l’Institut national de prévoyance sociale. Durant 5 minutes, le centre a été vidé de tous ses occupants et le portail fermé. Sur le portail, une affiche sur laquelle on peut lire «DESOBEISSANCE CIVILE» marque leur passage.

La joie de certains travailleurs…

En face de l’INPS, les manifestants se sont rendus à l’annexe de la Caisse nationale d’Assurance Maladie (CANAM). Après une courte discussion avec un responsable, les jeunes manifestants annoncent: «C’est une structure sanitaire, nous ne touchons pas aux structures de santé. Le travail doit continuer». Ceci dit, les jeunes se dirigent vers leur prochaine destination: la mairie de la Commune 4.

Alors que les usagers croyaient à la reprise effective du travail, à leur grande surprise, les éléments de la garde nationale qui filtrent les entrées annoncent l’arrêt du travail. Pour seule explication, un agent répond: «c’est un ordre du Directeur général qui a demandé à ce que tout le travail soit arrêté». Déjà, on pouvait voir partir les employés les uns après les autres, le visage souriant. Comme pour dire: «le salaire tombera de toute façon à la fin du mois».

Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.