Crimes de guerre: Washington prive de visa des enquêteurs de la CPI

0

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

L’objectif du Pentagone est clair : empêcher toute enquête de la Cour pénale internationale sur de possibles crimes de guerre commis par l’armée américaine. Le moyen est simple : interdiction de visa aux Etats Unis pour les employés de la CPI impliqués dans cette enquête.

Les visas déjà octroyés seront révoqués, les demandes seront refusées, l’interdiction est déjà entrée en application, a annoncé le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, précisant que la restriction vaut également pour les alliés des Etats-Unis comme Israël.

La CPI, bête noire de l’administration Trump

Ces sanctions font suite à la décision en novembre 2017 de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, d’ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés commis par des soldats américains en Afghanistan. Depuis, l’institution chargée de juger les crimes de guerre et contre l’humanité est devenue la bête noire de l’administration Trump.

En septembre dernier, le conseiller à la sécurité nationale du président américain s’était livré une charge d’une violence inédite contre cette juridiction internationale, la qualifiant d’« inefficace, irresponsable et carrément dangereuse ». « La CPI est déjà morte à nos yeux », avait même déclaré John Bolton en promettant des sanctions.

En plus des restrictions de visas, Washington menace également d’imposer des sanctions, notamment économiques, si la CPI « ne change pas d’attitude », ajoute Mike Pompeo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.