EDM SA: Voici la vérité sur les menaces de morts et le licenciement du Chef de Division Saty dit Boubacar KAMISSOKO

0

L’agent Saty dit Boubacar KAMISSOKO a été relevé de ses fonctions sur proposition du DRH pour absentéisme répété.

Après la diffusion le jeudi 3 octobre 2019, de la Décision N°19/200 de la société Energie du Mali, relevant M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO de son poste de Chef Division Dialogue Social sur proposition du Directeur des Ressources Humaines, suite des absences récurrentes documentées auprès de sa hiérarchie entre janvier et septembre 2019, son responsable direct M. Cheick Oumar MACALOU a informé le DRH Aboubacar Sidiki Kanté , le même jour au soir de menaces de mort dont il aurait fait l’objet de la part de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO.
En tant que responsable des deux agents, le DRH a convoqué une réunion d’urgence avec les chefs de département de la DRH, M. Cheick Oumar MACALOU et Mme SANGARE Fatoumata TRAORE, ainsi que le Chef du Département Juridique de la société pour envisager les réponses appropriées à cette situation pouvant attenter à la vie d’un collègue. A la sortie de cette réunion, le collège a retenu deux mesures :
1. Solliciter la direction en charge de la logistique pour affecter à M. MACALOU un agent de sécurité spécialisé dans la protection de personnes en vue de prévenir toute atteinte à son intégrité physique de la part de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO.
2. Engager une procédure disciplinaire contre M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO, conformément aux règlement intérieur en vigueur au sein de la société.

Au lendemain de cette réunion, le samedi 5 octobre 2019, M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO, est rentré dans les négociations sociales et s’est rendu au domicile de M. Cheick Oumar MACALOU pour présenter ses excuses accompagné de sa mère et de son frère.

Le DRH fut informé de cette action par M. MACALOU, et le DRH a demandé à M. MACALOU de solliciter un engagement écrit de la part de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO, dans le but de prévenir toute récidive. Ce que l’intéressé a verbalement accepté. Alors on comprend aisément que c’est Saty dit Boubacar KAMISSOKO, la menace et non l’inverse.

C’est ainsi que M. Cheick Oumar MACALOU a convié M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO et ses parents dans le bureau du DRH, le lundi 7 octobre 2019 pour formaliser les engagements.

Au cours de cette réunion, M. Cheick Oumar MACALOU a rappelé les faits qui ont abouti à cette menace de mort de Saty dit Boubacar KAMISSOKO et a remis à l’intéressé et à son frère un texte résumant les conditions d’arrêt de la procédure disciplinaire en trois points :
• L’arrêt des messages intempestifs de la part de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO.
• L’arrêt de toute menace directe ou indirecte portant atteinte à son intégrité physique,
• L’arrêt de tout contact physique et la référence à sa hiérarchie pour toute requête.

Saty dit Boubacar KAMISSOKO rebiffe et se dédit. Sentant la réticence de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO à faire cet engagement écrit qui trahit la sincérité des excuses présentées deux jours plus tôt, en tant que premier responsable de la structure, le DRH, selon nos investigations, a rappelé à son frère tout le processus qui a permis sa nomination sur proposition du même Directeur des Ressources Humaines pour compter de janvier 2019 après plusieurs années d’inactivité, nomination à la suite de laquelle lui-même, M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO et leur maman sont passés au domicile du DRH ABOUBACAR SIDIKI KANTE pour le remercier car il avait fait preuve de loyauté de justice.
Mais malheureusement, le nouveau promu ne va pas honorer son poste et s’illustre par des comportements déplorables qui impactent négativement le fonctionnement de l’EDM.
Pour preuves, entre le 1er janvier 2019 et le 30 septembre 2019, M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO a observé 75 jours ouvrables d’absences équivalent du service sans motifs valables, ce qui a fortement pénalisé l’activité pour laquelle il avait été nommé « Dialogue Social ».

Autre preuves qu’il a trahis le profil qui lui était attribué pour obtenir le poste, de sa prise de fonction à la date de son remplacement le 3 octobre 2019, l’intéressé s’est montré violent à l’égard de différents agents de la DRH à travers de nombreux éléments matériels y inclut avoir fracassé par la porte du bureau du Directeur des Ressources Humaines lui-même, au seul motif qu’il n’aurait pas reçu sa fiche de paie dans son bureau.

Au regard de ses actes récurrents de violence dans le passé et de cette menace de mort à l’encontre de M. MACALOU, le DRH aurait donc fait savoir à M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO et à son frère que sans un engagement écrit, ils seront obligés de poursuivre la procédure disciplinaire car, aujourd’hui à la direction de l’EDM, tous peur de lui. Ce qui est réel car tous ceux qui étaient hiérarchiquement impliqués dans la mutation de Mr KAMISSOKO avait peur qu’il ne leur fasse du mal car sa violence montait de jour en jour. Selon des sources , le DRH avais pris des précautions pour me défendre en cas d’actes de violence comme il a eu à le faire dans le passé en fracassant la porte de mon bureau. Il avait aussi renforcé la sécurité d’accès à son bureau car plus que M. Cheick Oumar MACALOU, il est le premier responsable de son remplacement comme le mentionne la Décision.

Les personnes témoins de toute l’histoire ont été surprises de lire dans les colonnes de pages et sites en lignes que M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO accuse quelqu’un d’autre en l’occurrence le DRH Kanté de l’avoir menacé de mort avec une arme à feu. C’est une vraie machination car la rencontre entre le DRH et Saty dit Boubacar KAMISSOKO a eu lieu en présence de plusieurs personnes.

Alors on doit se poser des questions sur l’internet du DRH a menacé un agent relevé. Le bon sens doit nous commander pour comprendre. Aboubacar Sidiki Kanté est celui qui a promu, le sieur KAMISSOKO et ses parents et lui-même sont allés le remercier à son domicile. Alors s’il le relève pour fautes graves et insubordination, comment va t-il encore le menacer ?

Nous comprenons que c’est une accusation grotesque contre la personne du DRH et une diversion de M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO, pour étouffer la procédure disciplinaire que l’employeur compte engager contre lui pour des menaces de mort proférées contre un responsable hiérarchique. Et lui-même s’est rendu chez en compagnie de sa mère et de son frère, pour présenter des excuses.

Selon toujours nos investigations, lesdites menaces de mort font suite à de nombreux autres actes de violences, d’harcèlements et d’insultes documentés contre des collègues de la Direction des Ressources Humaines.

L’information biaisée à la limite diffamtoire mise sur les réseaux sociaux soutient que M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO affirme être relevé de son poste en raison de son intégrité et de son refus des magouilles sur les processus de recrutements au sein d’EDM SA. Ça fait tomber de nues car même pour mentir, il faut savoir mettre la forme:
• M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO était sans affectation depuis plusieurs années avant janvier 2019 et occupe depuis cette date le poste de « Chef Division Dialogue Social » au Département Formation. Quels liens fonctionnels ou hiérarchique son poste et son département d’affectation peuvent-ils avoir avec le recrutement qui a lieu dans un autre Département de la DRH?

• M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO avait été mis à la disposition de la Direction des Ressources Humaines d’EDM SA à la suite des écarts documentés à la Direction en charge des Approvisionnements que je me garde pour l’instant de dévoiler. Quelles leçons d’honnêteté ou d’intégrité peut-il servir ?

Alors toute cette affaire fût renversée par le sieur KAMISSOKO en sa faveur et espère sur un tapage médiatique pour se dédouaner. C’est mal connaître la réalité de la vie car la vérité fini toujours par attraper le mensonge.

Nous apprenons aussi que le DRH veut porter plainte contre M. Saty dit Boubacar KAMISSOKO car cette sommation interpellative convainc bien de personnes que la véritable intention est de nuire à travers à sa hiérarchie avec des mensonges grotesques.

Pourtant le DRH selon des témoins aurait été larges à soutenir KAMISSOKO espérant qu’il va prendre le droit chemin malgré ses antécédents documentés dans la société à maintes reprises. Mais rien n’est fait, il ne changera rien et mieux son comportement empirait au point de rendre le DRH son complice.

Aboubacar Sidiki Kanté lui même que nous avons voulu rencontrer n’a pas daigné nous recevoir et dit qu’il préfère saisir la justice pour rétablir la vérité. Des proches à lui nous informe qu’il est un cadre rigoureux et travailleur, très allergique à l’absentéisme dans lz travail. Ce qui est le quotidien de beaucoup de cadres maliens de l’administration publique. Expert en gestion des ressources Humaines avec un doctorat, Il avait même fait un livre sur le sujet de l’absentéisme dans les services. Alors il va s’en dire que s’il veut appliquer l’intégrité et la rigueur dans son travail à EDM SA, il aura beaucoup d’adversaire, comme c’est le cas actuellement.

Enquête réalisée par Seydou Oumar Traoré, journaliste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.