De toutes les façons rien n’est facile, je dis bien RIEN, meme ne RIEN faire est fatigant et pesant, vous avez une fois essayé de dormir toute une journée ??🤔 au réveil les courbatures de ça😢

En juillet 2015 j’ai quitté orange Mali où j’étais contractuelle, une belle expérience professionnelle pour moi mais finalement j’ai réalisé que c’était parallèle à mes aspirations,
Donc le reste de 2015 je l’ai consacré à l’apprentissage de la langue anglaise (même si le niveau reste toujours à désirer😅) tout ce que je connais c’est « hello Namado, where the market?? Near the police station…) 😂 le prof de la 7iem nous a tellement traumatisé avec ce dialogue😭😂 bref je plaisante!!

En 2016 j’étais plus en free-lance, dans le domaine que j’ai étudié cad la communication d’entreprise, de prestation à sous traitance, proposition de technique d’approche et de communication a surtout des restaurants, élaboration de supports de communication etc. simultanément très active dans la vie associative donc conférences, formations, voyages, networking… c’était chic comme le dirait un ivoirien 😅

Après 15 pays parcourus à travers le monde grâce aux différentes opportunités, pour prendre part à de grandes conférences tantôt sur des thématiques basées sur le leadership féminin, L’education, l’entrepreneuriat jeune et/ou féminin bref des domaines qui me concernant très souvent mais parallèlement à tout ça je croisais d’une manière ou d’une autre une personne évoluant dans l’agroalimentaire, cela m’a poussé à me renseigner davantage sur ce domaine, à approcher des personnes qui ont prospéré dans ledit domaine, et ce qu’il faut noter c’est que le monde tend plus nous avançons vers de probables crises alimentaires malheureusement.

En 2017, j’ai donc décidé de créer ma coopérative agricole dénommée « ZOULFAGRI », je me suis fait suivre et assister par deux talentueux agronomes pour l’élaboration de mon business plan avec bien entendu des visites de terrain pour voir la faisabilité de ce que j’aspirais entreprendre.

Business plan fin/prêt fallait approcher des programmes d’appuis aux initiatives jeunes singulièrement féminines dans le domaine de l’agro-alimentaire, bara wilila😅 tantôt ces programmes même disent être en attente de financements😳 tantôt certains ne sont plus motivés à octroyer des subventions aux porteuses de projets dans l’agrobusiness car certaines tantines et grandes sœurs ont pris des subventions pour aller acheter des articles à vendre à DUBAÏ ou se sont procurés d’une HUNDAI en tout cas d’une belle petite voiture😂 impossible de faire des visites de terrain pour justifier ce qu’elles ont fait de ladite subvention acquise🤔 au-delà de ces programmes quand tu approches des particuliers oh oh ils prennent ton business plan et ne sont plus joignable bref bloffou dronnnn😂 s’ils n’essaient pas de te draguer tu es sauvée 🏃‍♀️🏃‍♀️mais il y en a qui ont de bonnes intentions mais les fonds et le temps font défaut.

Bref avec quelques acquis d’ici et là Dieu merci j’ai compris qu’il fallait commencer, par où?? Je ne sais pas mais fallait COMMENCER !!

D’aucuns me diront fallait tout simplement te chercher un petit poste en marketing ou de commercial coe ce sont des postes favorables aux femmes, et je les répondrai que RIEN n’est facile ici bas, femme ou homme, soit tu te bas, soit tu acceptes de mettre en jeu ta dignité et ton intégrité, ou rester derrière tes camarades qui se sont battus à faire leur atalaku pour gagner ton pain journalier😴

La vie eza choix, fais le tiens et ASSUME, c’est de ça qu’il s’agit!!

Deja être un malien, est un COMBAT à part,
Être femme qui veut entreprendre et changer les choses au Mali, est un COMBAT, bref avec toutes les stéréotypes à l’égard des femmes dans la société malienne, donc le fait seulement d’être UNE FEMME est un ULTIME COMBAT. Bon courage à TOUTES 🙏

Partager

1 COMMENT

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.