Gouvernance au Mali : Voici les premières erreurs de Boubou Cissé

1

Annoncée sur les réseaux sociaux par le ministre de la Communication, le Premier ministre Dr Boubou Cissé a rencontré, lundi 26 août 2019 à la Primature, les leaders du mouvement « Sirako ». Le mouvement avait bloqué les voies d’accès de la première région du Mali depuis le vendredi 23 août 2019 pour exiger la réhabilitation sans délai de la RN1 et RN2.

En analysant la situation on peut voir que beaucoup d’erreurs ont été commisses par le premier ministre Cissé.

Avant la date de la manifestation, le gouvernement n’avait pas du tout réagi jusqu’à la parution d’un article dans les colonnes du « Figaro du Mali ». En répondant à cet article, la Primature a accordé plus d’importance à ce média plutôt que d’apporter des solutions à la crise qui était prévisible.

Ensuite, dans le souci de réparer cette erreur, le ministre de la Communication à fait un tweet dans lequel il affirme que le Premier ministre rencontrera les leaders du mouvement « Sirako » le lundi en présence des ministres concernés et qu’ensuite il se rendra à Kayes par la route pour s’enquérir de l’état de la route.

 

Les leaders du mouvement ont posé des conditions à la rencontre. Ils ont exigé la non présence de l’ORTM et des ministres concernés.

Dans le souci de résoudre la crise de manière pacifique, le Premier ministre a accepté toutes les conditions.

Un acte qui a renforcé la confiance des leaders du mouvement et qui les a placés en position de forces.

Déjà, en acceptant de discuter d’un sujet aussi important que l’infrastructure et les équipements sans le premier responsable de ce département, M. Cissé a donné raison aux jeunes qui ont par la suite  demandé la démission dudit ministre.

Si les problèmes d’infrastructure peuvent être résolus sans le ministre de tutelle, pourquoi le maintenir ?

N’ayant pas les moyens techniques pour répondre de façon convaincante aux préoccupations des jeunes qui, faut-il le rappeler, réclament le démarrage effectif et sans délai des travaux de réhabilitation de la RN1 et RN2, de la mise en circulation du train voyageur et de la réouverture de l’aéroport Dag Dag de Kayes , le premier ministre n’a fait que gagner du temps.

D’apres les jeunes du mouvement SIRAKO, aucune proposition concrète n’a été faite par le Premier ministre. Donc, ils ont décidé de maintenir leur mot d’ordre : le blocage de toutes les voix d’accès de la ville de Kati, qui relie Bamako à  Kayes.

Ainsi intervient la sécurité d’état avec des propositions concrètes pour pouvoir calmer le jeu avec la levée immédiate des barricades à Kati.

MaliActu

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.