Dans son discours à la Nation, de ce mercredi 08 juillet, IBK a, de toute évidence, heurté la sensibilisation du pouvoir judiciaire. Le président de la République a, non seulement, reconnu des irrégularités à la Cour Constitutionnelle lors des législatives, il a aussi appelé à une «saine distribution de la justice dans toutes les juridictions».

Abonnez-vous à notre page Facebook @djeliba24 pour ne rien rater de l’actualité au Mali

  Maliweb.net -«Nous savons hélas que l’engouement des populations pour la justice expéditive des pseudos djihadistes s’explique par le rejet de la justice d’Etat avec ses tares qui lui sont connues dont la corruption et la durée des procédures.» Ces propos du Chef de l’Etat n’ont pas été digérés par les deux syndicats de magistrats. Dans un communiqué conjoint, le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et le Syndicat Libre de la Magistrature (SYLIMA) disent avoir «suivi avec déchirement» le discours à la Nation d’Ibrahim Boubacar KEITA.

Les magistrats ont rappelé au président IBK, président du Conseil Supérieur de la Magistrature, que le Mali est «l’un des rares pays au monde à n’accorder que moins d’un pour cent de son budget au secteur de la justice». De ce fait, affirment le SAM et le SYLIMA, les magistrats maliens travaillent dans des «conditions inhumaines et dégradantes», et vivent dans une précarité «criante soigneusement entretenue». «La Justice a besoin de moyens, pas de mépris dans sa souffrance», a indiqué les magistrats qui demandent la levée de « nombreux obstacles dressés devant la justice».

Pas un seul juge épinglé

Pour le SAM et le SYLIMA,  vouloir faire passer la justice comme l’incarnation de la corruption au Mali est une «diversion qui ne saurait convaincre». «Pas un seul juge n’a été épinglé pour des faits d’atteinte aux biens publics par les nombreux rapports de vérification des structures de contrôle de la gestion des finances publiques», révèle le communiqué. Au contraire, accusent les syndicats, seuls les politiques occupant certaines fonctions trouvent des ententes pour «entretenir et favoriser l’impunité» avec des privilèges et immunités au grand dam de l’intérêt général.

Ainsi, informe le communiqué conjoint, la Haute Cour de Justice n’a jamais tenu de procès pourtant elle ne manque pas de justiciables.  «L’immunité parlementaire passe aujourd’hui pour une couverture, les demandes de levée de la mesure restant le plus souvent sans suite, ou sans suite favorable», dénoncent les syndicalistes qui menacent de réitérer leur grève de 100 jours dont les revendications n’ont toujours pas abouti.

Abonnez-vous à notre page Facebook @djeliba24 pour ne rien rater de l’actualité au Mali

Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.