Le chef de file de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé s’est prononcé, hier, à la maison de presse de Bamako sur l’affaire des deux hélicoptères de l’armée de l’air cloués au sol.  Cet opposant a fait la comptabilité  du bilan  de perte en vie humaine qui lie aux conséquences des détournements des fonds destinés à l’équipement de l’armée. Il a interpellé l’Assemblée nationale a renvoyé les présumés-coupables devant les juridictions compétentes pour répondre à leurs crimes et délits.

Longtemps resté silencieux depuis la signature de l’accord politique de gouvernance, du 2 mai dernier,  l’opposant Malien, Soumaïla Cissé, est monté au créneau  contre lé régime d’IBK dans l’affaire dite «  des avions cloués au sol ». Pour lui, 6 ans jour pour jour, le régime d’IBK est rythmé  par des  scandales. Lesquels, selon  l’opposant, sont relatifs à l’achat de l’avion présidentiel, d’équipements militaires, d’engrais frelatés, à la passation de marchés surfacturés, à la construction de logements sociaux…

Soumaïla Cissé de poursuivre que ces scandales se sont multipliés tragiquement en phase avec les cortèges funèbres consécutifs aux violences meurtrières, mafieuses et terroristes grandissantes au nord et au centre du pays. « De 2013 à 2019, l’insécurité galopante et effrénée qui frappe notre pays a occasionné la mort de plus de 4000 civils et militaires, dont plus de 500 pour le seul premier semestre de 2019 », a-t-il ajouté.

Ainsi, évoquant le manque de transparence dans les hélicoptères cloués sur le sol, le chef de file de l’opposition dira, «  qu’aucune indiscipline ni délinquance financière ne doivent être tolérées dans la gestion des ressources allouées à nos forces armées et de sécurité ».  Avant de poursuivre que les  interpellations et  les alertes  de l’opposition sont  tombées dans l’oreille de sourds.  « Le Président IBK a donné raison à l’opposition en reconnaissant dans le Journal Jeune Afrique daté du 30 juin 2019 que les deux hélicoptères Puma achetés pour l’armée  sont cloués au sol depuis leur acquisition faute de maintenance,  tout en clamant et martelant haut et fort à la Une dudit journal que  nous sommes en guerre », a rappelé l’opposant malien. Lequel  renchérit  que le Président de la Commission de la défense de l’Assemblée Nationale, un très proche  du Président, est allé jusqu’à se poser  la question de savoir si notre pays « n’a pas été floué lors de l’achat de ces hélicoptères ».

« La haute trahison de la part du chef suprême des armés »

Pour lui,  le décaissement de  plus de 7 milliards de francs CFA  par l’Etat pour cette opération d’achat  n’a  pas suffi pour éviter  aux forces armées de tomber quotidiennement sur le champ de l’honneur faute de moyens matériels adéquats et performants. « Affirmer sans ambages que notre pays est en guerre et utiliser à d’autres fins les ressources destinées à équiper et à former l’armée … constitue un acte assimilable à de la haute trahison de la part du Chef suprême des armées, susceptible d’ouvrir la voie à sa mise en accusation », a déclaré le président de l’URD.  C’est pourquoi, dit-il,  l’Assemblée Nationale  a été saisie d’une demande formelle afin qu’elle procède à toutes les investigations nécessaires et urgentes. En effet, l’URD a adressé des questions à cette Institution de savoir, «   Qui a choisi et commandé les hélicoptères ? Qui a ordonné les achats et à quel coût ? Comment se sont opérées les transactions ? Pourquoi les hélicoptères Puma sont-ils cloués au sol ?  Pourquoi les avions super Tucanos livrés n’ont-ils pas les équipements de combat appropriés ? Pourquoi deux avions Super Tucanos n’ont-ils jamais été livrés ? ».

Pour Soumaïla Cissé, il appartient à l’hémicycle, après enquête, de renvoyer devant les juridictions compétentes coupables  conformément au Code pénal du Mali. « Ces présumés- Coupables  qui soient  Président de la République, Premier ministre, des Ministres et  leurs éventuels complices civils et militaires doivent répondre, en raison des crimes et délits commis dans l’exercice de leurs fonctions, devant la justice », a-t-il insisté.   Avant de clore ses propos en ces termes, « On ne combat pas l’ennemi avec des leurres et on ne défend pas son peuple avec des illusions. C’est pourquoi l’opposition réclame justice »

Le point de point de presse a été marqué par une projection vidéo sur les avions qui font l’objet  de polémique,   sur les massacres aux centres du pays que le chef de file de l’opposition au sous-équipement des forces armés.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.