Suite à l’échec des négociations entre le gouvernement et les syndicats signataires de l’éducation du 15 octobre 2016 durant ce week-end, les enseignants ont entamé une grève de 15 jours  ce matin. Nous avons contacté dans ce cadre le porte-parole des grévistes, Adama Fomba, pour nous imprégner  des raisons de l’échec de négociations. À ses dires, « Le gouvernement n’a que les mêmes propos : les enseignants sont nombreux ; en les  octroyant ces points de revendication, d’autres corporations font faire la même demande ».

Quant à savoir ce que la coalition syndicale entend faire prochainement, il fait savoir : «  Je me réserve le droit de garder le silence sur les actions que nous allons entreprendre. Ce qui est sûr,  des actions sont en préparation. Nous devons nous réunir pour planifier ce qui importe de faire ». Sur l’inquiétude de tous les Maliens aujourd’hui en ce qui concerne l’éventualité d’une année blanche, Adama Fomba a été on ne  peut  plus que clair : « La couleur de l’année dépendra du gouvernement.

Cette question ne nous concerne pas pour le moment ; c’est juste nos points de revendication. » Les rumeurs faisant croire que le gouvernement tente de contourner les enseignants pour demander la progression dans les programmes auprès des Directeurs de Cap ou d’Académie ne constituent pas non plus une crainte aux yeux des grévistes, car, « Les directeurs d’école, d’académie, de cap sont aussi des enseignants. Donc, ils sont en grève et ne peuvent pas faire cela. »

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.