Que sont devenus les 22 ex-combattants d’anciens groupes rebelles et de mouvements armés pro-gouvernementaux enlevés, le 4 septembre, par des hommes armés, dans le centre du pays ? Au Mali, l’inquiétude monte, les parents sont inquiets. Ils venaient de terminer une formation pour créer une unité mixte avec des militaires de l’armée régulière.

Trois jours après l’enlèvement des 22 ex-combattants, des informations contradictoires circulent sur leur sort. Certaines sont très peu rassurantes.
Le rapt n’a toujours pas été revendiqué mais plusieurs sources affirment que l’opération a été montée et exécutée par des jihadistes.
Le groupe des 22 ex-combattants devait, après une formation qui s’est achevée il y a quelques jours dans la localité de Ségou, intégrer une unité mixte formée de soldats maliens et d’ex-rebelles du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), embryon de la future armée malienne.
Permissionnaires, une vingtaine d’ex-combattants prennent place à bord d’un bus de transport. Ils sont avec d’autres passagers. Entre les localités de Douentza et Hombori, des hommes armés braquent le bus. Le chauffeur s’arrête et on l’oblige à prendre une autre direction. Près de 10 km plus loin, les 22 ex-combattants de l’ex-rébellion et des groupes armés pro-gouvernementaux sont descendus et disparaissent avec leurs ravisseurs. Deux ou trois autres ex-combattants ont pu prendre la fuite.
En janvier 2017, un attentat avait frappé le quartier général du MOC, à Gao, tuant plusieurs dizaines de personnes.

Source: RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.