A l’appel des mouvements de jeunes proches du régime IBK et des Organisations de la Société Civile, un meeting de soutien et d’hommage aux Forces armées maliennes (FAMa) a eu lieu, dans l’après-midi de ce vendredi 08 novembre, au Monument de l’Indépendance à Bamako. Mais, le meeting s’est très vite transformé en manifestation contre les forces étrangères au Mali.

Le podium du meeting était occupé par Fatoumata Sacko dite Djina, présidente la plateforme «Défendons le Mali». Elle avait à ses côtés Amadou Cissé ou encore Amadou Sangaré, président du mouvement Mali-IBK 2018. Leur initiative était bonne: «soutenir les FAMa» dans la guerre contre les forces du mal. Mais leur message était vite étouffé par les cris de «A bas la France» de centaines de jeunes, en colère. Sur le toit d’un camion, en face du podium principal dressé par les organisateurs, ces jeunes se relaient pour dire tout le mal qu’ils pensent des forces étrangères au Mali.

Non loin de là, Diango Bakayoko ne mâche pas ces mots. Brandissant une affiche avec les drapeaux malien et russe joints par une poignée de mains, il dénonce. «Je suis là pour dénoncer l’injustice de la France dans mon pays. Je suis là pour dénoncer la complicité de l’ONU auprès de la France. Au lieu que l’ONU soit supérieure à la France, c’est le contraire. Elle se fait complice de la  France au Mali. La France et l’Onu ne sont pas au Mali pour les Maliens mais pour elles-mêmes. Il faut qu’elles s’en aillent».

Alors que les organisateurs avaient quitté le monument de l’Indépendance, des jeunes surexcités ont pris la direction de l’Ambassade de France, située à 1,5 Km de leur position. Ils ont vite été dispersés par les forces de l’ordre parties en trombe dans des véhicules 4X4.

Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.