Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, et le président du Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID-FYT), Maître Mountaga Tall, se sont livrés à une passe d’arme sur Twitter.

Après les journaux et les radios, c’est sur le réseau social Twitter que les hommes politiques maliens se répondent. C’est du moins ce qui s’est passé entre le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré et le  président du Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID-FYT), Maître Mountaga Tall.

A la faveur de la clôture du dépôt des listes des candidatures des élections législatives prévues en mars et avril prochain au Mali, le  ministre Sangaré a fait le constat sur son compte Twitter que « malgré les appels au report de l’élection des députés, presque tous les partis politiques ont aligné des candidats pour lesdites consultations: SADI à Kolondieba, CNID-FYT à Ségou, MPR à Koutiala, URD à Niafunké, MODEC à Dioila, APR en Commune 5, CNAS-Faso Here à Kati, FAD à Macina ».

Ce Tweet du ministre porte-parole du gouvernement est perçu par beaucoup  d’hommes politiques comme une provocation ou un dédain. C’est ce qui pourrait expliquer la sortie de Maître Mountaga Tall dont le parti a été  nommément cité par le porte-parole du gouvernement. L’ancien ministre de l’Economie Numérique et de la Communication a réagi sur le même réseau social, non pas sans tacler le ministre Sangaré. « Difficile de porter efficacement une parole quand on ne comprend pas le sujet », a-t-il répondu.

Pour Maître Mountaga Tall, le ministre Sangaré n’a aucune maîtrise du sujet dont il parle. Ce qui fait du porte-parole du gouvernement une caisse de résonance de l’Exécutif.  Dans ces conditions, comme pour dire que le ministre Sangaré a manqué l’occasion de se taire. Et Maître Mountaga Tall sait ce qu’il  dit. Lui, qui, faut-il le rappeler, fut porte-parole du gouvernement lors du premier mandat du président de la République, avant de venir grossir les rangs de l’opposition.

Le reste de cette affaire se jouera devant la justice. Puisque  l’ancien ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a annoncé son intention de déposer  un recours auprès de la Cour Suprême pour annulation du décret portant collège électoral.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.