Jordanian parliament members are separated during an altercation in the parliament in the capital Amman on December 28, 2021. (Photo by AFP)

Plusieurs députés se sont violemment opposés à l’introduction de la mention des « Jordaniennes » dans les « droits et devoirs des Jordaniens » de la Constitution.

Des députés jordaniens en sont venus aux mains, mardi 28 décembre, ce qui a entraîné l’interruption d’une séance du Parlement, lors d’un débat ayant trait à l’égalité hommes-femmes dans le cadre d’une réforme constitutionnelle.

Le gouvernement souhaite amender la Constitution, et notamment inclure la mention « Jordaniennes » dans le chapitre II, intitulé « droits et devoirs des Jordaniens », qui porte notamment sur l’égalité des droits des citoyens. Plusieurs députés se sont opposés à cette modification, la jugeant « inutile »selon la chaîne Al-Mamlaka, qui a retransmis la session.

« C’est “eib” pour nous d’ajouter le mot Jordaniennes », a dit notamment l’un d’eux, Raed Smeirat, employant un terme arabe connoté très négativement, lequel pourrait se traduire dans ce contexte par « honte » ou « déshonneur ».

Ces propos ont provoqué la colère du chef du Parlement, Abdelkarim Al-Daghmi, qui a réclamé des excuses à M. Smeirat. Un autre député, Suleiman Abou Yahya, a, de son côté, demandé à M. Al-Daghmi d’ajourner la session, mais celui-ci a refusé, s’attirant un « Tu ne comprends rien, toi ! » de la part de M. Abou Yahya. Le chef du Parlement lui a alors demandé de quitter la salle, à la suite de quoi une bagarre a éclaté entre plusieurs députés, selon des images diffusées en direct, alors que M. Al-Daghmi quittait l’assemblée. La session a finalement été reportée à mercredi.

Parmi les autres amendements constitutionnels qui doivent être débattus figurent la création d’un « Conseil de sécurité nationale » et la réduction de la durée du mandat du chef du Parlement, pour la faire passer de deux ans à une seule année. La Constitution, promulguée en 1952 par le grand-père du roi Abdallah II, a déjà été amendée vingt-neuf fois, les modifications passées ayant donné, selon des experts, plus de pouvoirs au roi, au détriment de la législature.

Source: le monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.