Les tombeurs du président IBK n’ont pas tardé à montrer leur fermeté face aux chefs d’état de la CEDEAO qui ont décidé d’imposer un embargo au Mali. Première mesure prise, le CNSP a décidé de suspendre toutes les exportations de bétail vers les pays de l’espace communautaire.

Les membres du Conseil National de Salut du Peuple, l’instance dirigeante du Mali depuis le coup d’état, n’a pas tardé à réagir face à l’embargo de la CEDEAO. Le Mali vient juste d’interdire l’embarcation du bétail malien en direction des pays de l’organisation sous régionale, selon l’ORTM.

Réponses berger à la bergère, le CNSP a décidé d’apporter une riposte ferme à la CEDEAO et pour ce, le Mali va suspendre toutes les exportations de bovins et caprins à destination des pays de l’espace CEDEAO. Et, avertissent les militaires, « Le Mali ne compte se faire dicter la gestion de ses affaires internes et prévoit d’autres mesures en fonction de l’application dudit embargo ».

Selon le communiqué lu à la télévision nationale malienne, le CNSP s’offusque de la volonté de la CEDEAO particulièrement certains chefs d’état qui tenteraient de les mettre en mal avec les populations en les privant de produits de première nécessité. Pour les nouveaux maîtres de Bamako, il est hors de question de se conformer aux injonctions de la CEDEAO surtout que l’ancien président IBK a démissionné de toutes ses fonctions.

Pour rappel, Le bétail est le troisième produit d’exportation au Mali après l’or et le coton selon le PNUD. En 2018, les exportations de bétail étaient estimées à 205 milliards de FCFA et à 25 milliards pour les peaux et cuirs. Aujourd’hui, le Mali est un pays qui détient le premier cheptel de la zone UEMOA et le second de l’espace CEDEAO en terme de nombre.

Atlanticactu.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.